lundi 21 septembre 2009

Du positif, du relativement positif et du flou

La grande différence dans ma vie entre cette période-ci l'année passée et maintenant, c'est d'abord et avant tout mon nouvel appartement. Situé dans le quartier des spectacles, ma vie culturelle s'en trouve bonifiée. Je suis abonnée aux musées à deux pas, à deux théâtres, au cinéma du Parc. Je marche maintenant pour aller partout, tant que je peux m'y rendre en moins de deux heures de marche, je marche! Et je peux me rendre étonnamment loin à pied. Je visite encore beaucoup les restaurants mais depuis septembre, j'ai recommencé à cuisiner.

Je suis devenue grand-mère, ce qui apporte finalement peu de changements concrets à ma vie. Je suis toujours heureuse de voir ma fille et mon petit-fils et je les ai vus hier encore. Mais je ne garde pas le petit, l'autre grand-mère qui habite à deux pas, le garde beaucoup. Ma fille prend des cours trois fois par semaine et la jeune grand-mère paternelle (que je n'ai jamais rencontrée) va garder chez le jeune couple et fait leur ménage en plus. Hier, ma fille s'en plaignait, disant qu'elle ne retrouvait plus ses affaires. Je lui ai rabattu le caquet. Quand quelqu'un nous rend ce genre de services gratuitement, on dit merci et on apprécie et on s'accommode avec humilité du fait que nos chandails qui traînaient se retrouvent en boule dans la garde-robe. Si le ménage était fait, la grand-mère n'aurait pas à le faire.

Je m'entends plus ou moins bien avec Dix-huit ans ces temps-ci. Elle est énormément susceptible. Sa cousine, qui a son âge, brunchait avec nous au restaurant hier et parlait de son futur voyage en Europe l'été prochain. Elle commence l'université mais a travaillé tout l'été et travaille encore à temps partiel pour se le payer ce fameux voyage qu'elle planifie déjà. Ma fille boudait. "J'ai jamais voyagé moi. C'est pas juste." Elle a ce défaut majeur d'envier les autres. Si j'achetais un cadeau aux quatre enfants, celui des autres était toujours plus beau que le sien et elle pleurait, je m'en rappelle trop bien. C'est une attitude qui rend malheureuse dans la vie. On ne peut pas changer nos enfants, ni nos amants, ni nos parents, alors il faut l'accepter comme elle est. Cependant, je me permets parfois de le lui dire, qu'elle se rend malheureuse en jalousant les autres au lieu de voir tout ce qu'il y a de beau et de bon chez elle et dans sa vie. Elle est alors fâchée. Mais, si moi, sa mère, je ne le lui dis pas, qui le lui dira?

Mercredi, je la conduirai avec Bébé à l'aquapoussette. Une super activité où les bébés sont dans des poussettes aquatiques pendant que la maman fait de l'exercice. Ce sera leur deuxième cours et ils ont aimé le premier, autant le bébé que la maman. Bien hâte de voir ça. Je ferai des longueurs, même si je nage mal, en les attendant.

Quinze ans aime beaucoup sa nouvelle école. Mais mausus qu'au point de vue académique, elle ne sait rien. Maintenant qu'elle a des devoirs, impossible de ne pas m'en rendre compte. Ça devait être pour ça que l'autre école ne donnait pas de devoirs! ;o)

Quel sera le prochain changement dans ma vie? Tout est possible. C'est merveilleux et épeurant de le réaliser. J'avais donné comme titre à ce billet "Plan d'action". Je le change, car avant d'avoir un plan d'action, il faut savoir quel but je veux atteindre. Et pour le moment, c'est flou.

8 commentaires:

Monique a dit...

Peu-être simplement vous préoccuper de votre épanouissement personnel, ce que vous faites très bien et puis faire confiance à la vie pour metttre sur votre chemin les rencontres qui vous feront avancer, jusqu'à LA rencontre qui répondra à vos aspirations.

Une femme libre a dit...

La rencontre, je m'en fous carrément. Non, je me cherche un but personnel pour moi et ça n'a rien à voir avec les hommes. Rien.

Monique a dit...

Quand je parlais des rencontres, je ne pensais pas spécialement aux hommes ! Quand je me suis mise à la méditation de groupe, j'ai rencontré d'ailleurs principalement des femmes qui m'ont beaucoup apporté. Chaque séance de méditation était suivie d'un temps de parole et ces échanges étaient très précieux pour chacune. Je me suis d'ailleurs liée d'amitié avec certaines de ces femmes. Il est vrai que quand je parle de LA rencontre, il s'agit de rencontre amoureuse, car c'est pour moi dans la relation amoureuse que se trouve le plus grand potentiel de transformation et d'épanouissement. Pour ma part, c'est plutôt dans l'intériorité que j'ai trouvé la plénitude que dans l'action. Je crois qu'il faut faire attention à ce que que le trop-plein d'action ne soit pas une fuite.

Une femme libre a dit...

Oui, bonne analyse. C'est vrai que j'ai tendance à me réfugier dans l'action. Fuite? Ça vaut la peine d'y réfléchir. Merci Monique.

herbert a dit...

Bonjour, Femme libre.
L'aquapoussette...
Que n'invente-t-on pas...
Bonne journée.
Je t'embrasse.

Une femme libre a dit...

J'y vais msintenant à l'aquapoussette, Herbert, je vous en donne des nouvelles!

Mijo a dit...

L'aquapoussette....
Une piscine se monte à deux pas de chez moi. Elle devrait ouvrir à la mi-mai si les travaux se poursuivent normalement.

J'allais déjà soumettre à l'équipe d'encadrements des cours d'aquajogging. Vous en aviez parlé dans un ancien billet. J'ai adoré le concept. Il faudra que je leur parle également d'aquapoussette, c'est vraiment génial !!

Une femme libre a dit...

Tout à fait génial, Mijo! Cinquante minutes d'exercices pour les mamans avec les bébés qui flottent dans leur aquapoussette et puis les dix dernières minutes consacrées à des jeux aquatiques avec les bébé. Au dernier cours, les mamans immergaient totalement leur bébé avec une chanson et aucun n'a pleuré.