mercredi 20 septembre 2017

L'amour

C'est vaste l'amour. C'est grand. Et c'est pas juste entre une femme et un homme non. Plus vaste, plus ouvert, ésotérique parfois. Bien que l'amour entre une femme et un homme, ou entre deux femmes ou deux hommes, celui basé sur le désir, les soupirs et le cœur qui bat et les jambes qui flanchent soit assez dur à battre, je l'admets sans gêne ni pudeur, envahie par le souvenir. 


Mais ce n'est plus ce que je vis et je refuse fermement de m'apitoyer sur mon sort. J'ai très énormément baisé dans ma vie d'avant, suffisamment pour en faire provision. 

5 commentaires:

Nanou La Terre a dit...

Mais qui parle de baiser chère amie?
Il y a cette forme d'amour vrai entre deux êtres, celle qui réunit les âmes, dans le respect, la sensibilité, la sensualité à l'état pure.
Je te le souhaite, et par la même occasion, me le souhaite aussi! (hihi)

Une femme libre a dit...

Je te le souhaite alors, Nanou!

Bien franchement, moi, je suis ... ailleurs! Et je m'en porte bien. Désirer ce qu'on a déjà, n'est-ce pas la voie du bonheur? Pas d'attente. Tout est là, tout de suite, aujourd'hui, maintenant.

Zoreilles a dit...

Je suis toujours en couple après 41 ans amoureuse du même homme. Ma réalité n'est pas du tout la même que celle que tu décris et pourtant, je me retrouve dans tes mots. Ma conception de l'amour ratisse pas mal plus large qu'avant.

Je me demande bien ce que ce sera le jour où je ferai mon deuil de l'amour physique. Si je meurs la première, je n'aurai pas à me poser cette question-là.

Une femme libre a dit...

Je pense qu'on peut comprendre un vécu différent du sien quand on est capable de se mettre à la place de l'autre. Je ne sais pas si c'est toujours possible cependant. Quelqu'un qui me confierait qu'il a un cancer, je pourrais facilement m'imaginer que c'est pas trop le fun ce qu'il vit et qu'il s'en passerait et pourtant, il y a des gens qui survivent à un cancer et qui disent qu'ils sont bien plus heureux qu'avant, que cette maladie leur a permis d'apprécier la vie comme jamais, de profiter à plein de chaque instant qui passe. Leur vie était ordinaire avant leur cancer, maintenant, elle est devenue extraordinaire. Je ne sais plus trop ce que je veux dire avec mon exemple de cancer, Zoreilles! ;o) je m'égare un peu...

Je pense que je veux dire que ce n'est certainement pas la présence ou l'absence d'un homme dans ma vie qui va déterminer mon degré de bonheur. Ça, c'est mon affaire à moi! J'ai pas du tout envie de brailler sur mon sort car, ma foi, il est très bien mon sort. Pas parfait, non, mais la vie de couple n'est pas parfaite non plus, en tout cas me semble eheh! ¨

Je m'adapte, on s'adapte et c'est ce qu'on a de mieux à faire, non?

Amitiés.

Zoreilles a dit...

J'aime beaucoup ta réponse, t'as tout compris, je trouve, tu demeures toujours très inspirante et je suis heureuse que mon nouvel ordinateur me permette à nouveau d'avoir accès à ton blogue. Je m'ennuyais de te lire!