dimanche 26 juillet 2015

Vie sportive

Je me suis remise au yoga et j'adore. L'effort, l'endurance qui se développe, la cohésion du groupe, les professeurs. tout. Je me trouve pas mal chanceuse d'avoir une si bonne école près de chez nous. Je l'ai faite ma chance, je le savais que je déménageais dans un coin yoga. Plein d'écoles en fait. Un immense choix. Un bassin riche. 

Je suis un peu tannée de l'aquaspinning. Je vais voir si je me réinscris à l'automne. Je suis consciente des nombreux bienfaits que cette discipline apporte mais je regarde constamment l'heure en ayant hâte que ça finisse. L'autre prof, le gars, était très motivant et imaginatif et ça passait plus vite. Là, c'est long longtemps. 

L'aquajogging, ça j'aime. Beaucoup. Varié et motivant. 

Les sports aquatiques, c'est avec ma fille ainée. Important pour elle, l'exercice. Alors, je vais voir ce qu'elle en dira à l'automne et quels seront ses choix et je pense que j'irai avec elle, que ça me tente ou non. Elle préfère cependant l'aquajogging à l'aquaspinning, tout comme moi. Il y a l'aspect nouveauté qui joue aussi. Pour l'instant, je vais aux deux cours, aquajogging le lundi et aquaspinning le vendredi. Vivons ça un jour à la fois! 

La musculation en salle avec l'entraîneur, je ne m'en ennuie pas du tout. J'avais dit à mon entraîneur que je revenais en août mais je vais lui texter que je ne suis pas libre et remettre le retour au gym à septembre. Je verrai rendue là. 

Alors, mon programme actuel, c'est du yoga tous les jours et les sports aquatiques deux fois par semaine. Je marche peu car mon épine de Lenoir est revenue. Je n'en fais pas de cas mais les grandes randonnées qui durent des heures, j'évite à cause de la douleur. 

J'apporte mon maillot quand on va voir ma mère le dimanche et ces temps-ci, on nage presque tous les dimanches dans sa piscine. 

Parlant de nager, j'avais payé un cours privé à mon petit-fils dans la piscine de son aïeule justement. Dimanche passé. Mon fils et la mère du petit ont assisté. Il ne voulait plus continuer. Mon fils l'a remis à l'eau et lui a dit de cesser ses caprices. Il a fait une crise. Mon fils n'a pas cédé. Ma fille (la mère de Petit-fils) ne s'est pas interposée mais est revenue en pleurant de la piscine. Faut dire qu'elle pleure facilement, très facilement. Bon, là, le petit ne veut plus rien savoir de la piscine. Dit qu'il apprendra à nager quand il sera un adulte. Jeudi dernier, son camp de jour allait justement à la piscine. Il a dit qu'il refuserait d'aller dans l'eau. Je lui ai dit qu'on était pas là pour le surveiller et qu'il fasse donc ce qu'il veut. 

11 commentaires:

unautreprof a dit...

Pourquoi il a tant insisté ton fils? C'était à la demande de Petit-fils que tu lui as offert un cours? Je ne vois pas trop comment ça va faire en sorte que ce soit une bonne expérience.

Une femme libre a dit...

Mais non, c'était pas du tout à la demande de Petit-fils. Il a peur de l'eau donc j'avais déjà payé des cours de groupe au YMCA, ma fille y allait mais quand elle a changé d'horaire, elle ne pouvait plus y aller. Le père a continué un cours ou deux et puis il a laissé tomber. Quand j'ai vu que des voisins de ma mère faisaient donner des cours privés à leurs petites-filles dans la piscine de l'immeuble, j'ai parlé à la prof et elle pouvait prendre Petit-fils une demi heure avant les autres enfants. C'était juste parfait et sa mère était contente. Je n'ai pas assisté au cours mais mon fils me dit que le petit faisait des caprices, que la prof était très bonne mais qu'il ne voulait pas collaborer. Sa mère est très surprotectrice, c'est vrai et c'est pour bien faire que mon fils a insisté pour que Petit-fils fasse son cours au complet. Et aussi il ne voulait pas le laisser gagner parce qu'il faisait une crise. Bref, tout le monde était plein de bonne volonté mais ça n'a pas tourné comme prévu.

Une femme libre a dit...

On a nagé chez ma mère aujourd'hui. Il est allé à l'eau, personne ne s'en occupait (il était surveillé pour sa sécurité évidemment) et il était pas si pire. Il a mème fait des bouillons avec ses pieds en se tenant au bord. Sa mère ne va pas à l'eau alors il n'a pas l'exemple d'un parent qui aime l'eau non plus. Mon fils était là et leur relation est très bonne.

Sahée a dit...

And I crashed. Again. But I'm still alive and always will be.

lecritoiredesahee.wordpress.com

Elyse a dit...

J'ai moi aussi forcé ma plus jeune lorsqu'elle avait 5 ans à prendre des cours de natation. Elle ne voulait pas du tout y aller. Elle avait peur..Je lui ai payé des cours privés qui coûtent chers mais après 4-5 cours elle savait nager et n'avait plus peur!!!Pour moi, c'était une question de sécurité. Je trouve rassurant qu'un enfant sache nager. Lorsqu'elle est invitée à des fêtes ou chez les amis et qu'il y a une piscine je n'ai pas à m'inquiéter et à imaginer le pire (si elle oublie de mettre ses flotteurs etc...)
La peur c'est irrationnel surtout a cet âge là et les enfants ne peuvent pas raisonner et voir l'importance de savoir nager. Pourtant, pleins de fois avant je suis allée nager avec elle et j'ai essayé de la mettre en confiance. Elle voyait même son frère nager...Bravo a votre fils qui ne cède pas à la crise de petit-fils...
Sahée je suis contente de vous savoir de retour et que le blogue ne soit plus privé:-)))))

Une femme libre a dit...

Contente de te lire à nouveau, Sahée.

Une femme libre a dit...

Élyse,
Oui, c'est bien et excellent de savoir nager et c'est dans un but de sécurité premièrement que nous voulons qu'il apprenne. Mais des enfants sachant bien nager se sont noyés quand même et il ne faut par relâcher sa vigilance. La piscine, c'est dangereux!

Mon fils et moi on est plus "toughlove" que ma fille! Je ne sais pas trop ce qu'elle va faire pour la suite...

Savoir nager, pédaler, courir vite, lancer et attrapper un ballon ce sont des habiletés qui donnent confiance en soi. Ma fille n'est pas sportive et son fils l'imite en tout. Il imite aussi son père, mais son père, son trip, c'est la boxe. Il en fait et veut inscrire le petit mais disons que moi, je n'ai pas trop hâte que ça arrive et sa mère non plus.

unautreprof a dit...

Je me demande comment sera ma fille, fera t-elle des caprices? Ma soeur était une vraie de vraie diva avec des crises pas possible (et c'est encore le cas, par moments, elle est compliquée, mais compliquée!!!!!) , moi j'étais plutôt calme et je comprenais bien que non, c'était non. C'est vrai que devant des caprices, il faut le plus possible ne pas céder. Je me demande aussi quelle sorte de mère je serai.

Je n'ai pas été une enfant forcée. Par contre, j'avais des limites claires et je devais les respecter. Mais si je ne mangeais pas mon repas, ma mère me laissait faire, mais ne me donnait pas autre chose pour remplacer. Tu n'en veux pas? Passe toi-en. Elle a été forcée plus jeune par un père hyper sévère et ne voulait pas nous forcer, sans non plus se sentir obligée de nous accommoder. C'était pareil avec les activités. SI je voulais suivre un cours, elle m'expliquait que je ne pouvais pas lâcher, que c'était un engagement. Mais jamais que je n'ai eu des cours imposés.


Aucune recette n'est gagnante quand on éduque nos enfants, sauf peut-être celle qui nous ressemble le plus, qui répond à nos valeurs, car elle nous aide à être plus cohérent et constant. Je parle surtout comme prof, la maman en moi est une vraie novice en la matière...

Elyse a dit...

Je suis d'accord avec vous un autre prof. Je n'ai peut-être pas utilisé le bon mot quand j'ai dit forcé. J'ai expliqué à ma fille qu'elle n'avait pas le choix d'apprendre à nager et que c'était important pour sa sécurité et pas de discussions possibles sur le sujet.
En effet, même si elle sait nager il faut la surveiller mais je suis tout de même moins inquiète lorsqu'elle va se baigner chez les amis. Elle a 7 ans maintenant.
Lorsqu'elle fait sa crise, je l'envoie dans sa chambre afin qu'elle la termine....mais maintenant elle en fait presque plus de crises:-)))

Michèle a dit...

Il est "tenace" ce petit gars.

J'en ai éduqué un, comme ça, enfin, j'ai essayé.

J'ai presque toujours perdu. :)

Il a 17 ans, il est toujours comme lorsqu'il portait une couche. Fatiguant, très.

Cependant, lorsqu'il décide quelque chose, il s'y consacre à 120%. Mais il faut que ça vienne de lui.

Une femme libre a dit...

Ah! Les filles, les valeurs éducatives, c'est passionnant et on peut se chicaner longtemps là-dessus! En faisant notre gros possible mais sans trop se casser la tête, ça marche pas si mal au final en général. Et quand ça ne marche pas, on s'adapte. On a pas le choix anyways! Le mieux, c'est de profiter de la route et d'avoir du fun avec quand ils sont petits. Sans trop les gâter. Mais en étant compréhensifs. À l'écoute. Généreux. Bon, c'est reparti, olé!